• 0k
  • 0
Conseils Pour Entreprises \ 17 Mai 2016

Où trouver l’argent pour créer une entreprise ?

Lors du lancement de votre entreprise, vous aurez besoin d’une détermination à toute épreuve, de beaucoup de travail et surtout d’argent. Car si vous pouvez créer gratuitement un superbe site professionnel, tout le reste nécessitera de débourser de précieux euros, de votre matériel de travail aux démarches administratives en passant par les salaires de vos employés (ou stagiaires). Le problème, c’est que vous ne roulez pas forcément sur l’or. Vous allez donc devoir chercher des financements. Mais où ? Et comment ?

Fort heureusement, il existe plusieurs options à votre disposition. Encore faut-il les connaître. Trop souvent, les entrepreneurs en herbe passent à côté de belles opportunités en raison de leur manque d’informations. Nous avons donc pensé à vous et fait un tour de ce qui existe, sur le Web et dans la vraie vie. Résultat : un guide complet, qui vous présente les 5 principaux types de financement pour lancer votre entreprise – qu’il s’agisse d’une PME, d’une start-up ou d’une activité d’indépendant. Et puisque le temps, c’est aussi de l’argent, nous vous invitons à démarrer la lecture de ce pas !

Jolie femme qui cherche de l'argent pour financer son entreprise

Le financement participatif (crowdfunding)

C’est le mode de financement le plus ancien et le plus récent à la fois. Ancien, parce que de tous temps les entrepreneurs ont demandé à leurs famille et amis de mettre la main à la poche. Récent, car cette pratique a pris une toute autre dimension depuis l’apparition du Web et des réseaux sociaux. Le financement participatif, ou crowdfunding, consiste en effet à présenter son projet aux internautes pour les inviter à investir. Les contributeurs peuvent être des proches comme de parfaits inconnus, qui passaient par là et ont été séduits par l’idée ou le business plan. C’est sur ce modèle que reposent certains joyaux du Web français, comme My Major Company – qui a permis aux artistes Grégoire et Joyce Jonathan de sortir leur album sans label, grâce à la seule participation du public.

Il s’agit d’une option à étudier très sérieusement pour votre propre PME. Elle présente de nombreux avantages. D’abord, elle vous permet d’évaluer la fiabilité de votre projet. Si les financements affluent, cela signifie que vous êtes sur la bonne voie ; en revanche, si vous n’obtenez que quelques pesos, c’est qu’il faut certainement revoir votre copie. Ensuite, cette méthode vous permet – en cas de succès – de lever beaucoup d’argent en un temps record, grâce à l’effet de masse. Enfin, vous bénéficiez d’un joli coup de pouce marketing. Puisque les internautes seront financièrement impliqués dans votre projet, ils auront à coeur de s’investir sur les réseaux pour faire parler de vous et créer le buzz.

Mais comment réaliser une opération de crowdfunding ? La première étape consiste à créer site Internet dédié, sur lequel vous présentez votre projet et invitez vos visiteurs à sortir leur carte bleue. Commencez par choisir le Template qui vous convient. Une fois que c’est fait, vous ajoutez vos textes et images. Bien sûr, n’oubliez pas de mettre un bouton d’appel à l’action bien visible, avec un texte clair : « Soutenez-nous », « Investissez » ou « Donnez ». Il ne vous reste plus qu’à faire connaître cette page autour de vous et sur la Toile. Il s’agit d’un travail de longue haleine, qui nécessite d’être présent par e-mail, sur les réseaux sociaux et les plateformes dédiées au financement participatif, comme KissKissBankBank. Pour être sûr de ne rien rater sur le versant digital, plongez-vous impérativement dans cet article, qui vous explique comment promouvoir votre site en un temps record. Incontournable !

Trouver du financement sur internet pour son entreprise

Les business angels

C’est la méthode estampillée « Silicon Valley ». Les business angels (ou anges des affaires – à ne surtout pas confondre avec leurs homologues de la télé-réalité) sont des professionnels expérimentés, qui ont eux-mêmes fait fortune en créant leur entreprise. Maintenant qu’ils sont à la retraite, ils filent un coup de main aux jeunes en investissant quelques (milliers) de dollars dans les projets les plus prometteurs. Ils se concentrent principalement sur les start-up, mais ne sont jamais réticents à l’idée de financer un commerce ou toute autre PME – à condition qu’elle soit (potentiellement) très rentable.

Vous n’avez pas de généreux milliardaire sous la main ? Aucun problème. Internet met en relation les entrepreneurs et les business angels de tous pays. Jetez un œil à la plateforme France Angels, le site de la Fédération des réseaux de Business Angels dans l’Hexagone. Vous y trouverez les investisseurs les plus proches de chez vous grâce à une astucieuse carte interactive. Il ne vous reste plus qu’à monter un business plan bien ficelé et à préparer une présentation en béton. Besoin d’aide ? Cet article vous explique comment construire un discours capable de convaincre en 60 secondes.

Les prêts, aides et compétitions

La démarche la plus classique quand on lance sa PME : se mettre sur son 31 et préparer son plus beau sourire Colgate pour solliciter un prêt à la banque. Évidemment, cela ne réussit pas à tous les coups. Il vous faut un projet en béton armé avec, de préférence, déjà quelques économies de côté pour convaincre votre conseiller qu’il peut miser sur votre cheval. N’oubliez pas de démarcher plusieurs enseignes avant de signer, afin de trouver le taux d’emprunt le plus avantageux. En parallèle, rapprochez-vous de la Bpifrance (Banque publique d’investissement), un organisme gouvernemental qui peut garantir jusqu’à 60 % des prêts bancaires que vous avez contractés pour la création de votre entreprise. Une bouffée d’air bienvenue !

Peu de gens le savent, mais certaines associations dédiées à l’entrepreneuriat, comme Initiative France ou le Réseau Entreprendre, octroient des prêts d’honneur, sans intérêts ni garanties. Les montants peuvent grimper jusqu’à 50 000 €. Il s’agit donc d’une option très intéressante, d’autant plus qu’elle s’accompagne souvent de conseils et d’un coaching personnalisés.

Enfin, vous avez la possibilité de participer à différents types de compétitions régionales, nationales ou internationales dédiées à la création d’entreprises et de start-up. C’est l’occasion de gagner en visibilité, de renforcer votre réseau et, pour les heureux vainqueurs, de repartir avec une coquette somme d’argent pour démarrer. Wix a d’ailleurs lancé son propre concours, le #ChallengeWix, qui vise à promouvoir l’esprit d’entreprise et la diversité chez les étudiants et jeunes actifs. Les meilleures équipes reçoivent de superbes prix et, plus important encore, les conseils avisés de femmes d’affaires à succès. Cadeaux de la maison !

L’association

Votre projet est un peu comme votre bébé. Vous le dorlotez, il vous empêche de dormir et vous finissez par développer un lien affectif très fort. Du coup, vous voyez toute intrusion extérieure d’un œil méfiant. Mais parfois, pour faire grandir votre rejeton plus rapidement, il vous faudra accepter l’aide d’un autre parent. Autrement dit, d’un associé. Il apportera une nouvelle force de travail, des idées fraîches et surtout un capital pour démarrer votre activité. En contrepartie, il recevra un pourcentage des parts de la boîte.

Ce partenaire peut être un ami, une connaissance de connaissance, voire quelqu’un que vous avez rencontré grâce aux réseaux sociaux (ça arrive ! – la preuve avec ces 4 histoires de business très inspirantes). Notre conseil : privilégiez un compagnon qui, en plus d’avoir un peu d’argent à investir, dispose de compétences complémentaires aux vôtres. Vous êtes un technicien hors-pair ? Privilégiez un professionnel du management ou du marketing. Vous êtes un spécialiste de la communication en ligne, mais avez les jetons de parler en public ? Tournez-vous vers un as des relations humaines, qui fera les salons professionnels à votre place. Bref, vous avez compris le message : l’union fait la force !

Trouver un associé pour son entreprise

L’autofinancement

Si vous n’avez vraiment rien trouvé, il vous reste encore l’autofinancement. Cette méthode, aussi connue sous sa dénomination anglaise de bootstrapping (ou l’art de se tirer par les bottes – comme le baron de Münchhausen) consiste à collecter soi-même l’argent nécessaire pour lancer son entreprise. Plusieurs variantes existent. La première vise à mettre des sous de côté pendant que vous êtes salarié. Cela demande de se serrer la ceinture et, si vous continuez de travailler parallèlement à votre création, une bonne perfusion de café pour ne pas tomber d’épuisement. Pour vous aider, nous recommandons (très chaudement) la lecture de cet article, qui vous livre les meilleurs outils pour lancer son activité sans dépenser beaucoup d’argent.

La seconde option est de commencer petit, et de réinvestir chaque cent gagné par votre entreprise. Forcément, vous grossirez moins vite que si vous injectez plusieurs milliers d’euros d’un coup, mais vous prendrez également moins de risques. En plus, en vous finançant vous-même, vous ne devez rendre de compte à personne, et vous n’avez aucun intérêt ou dividende à verser. Tout ce que vous gagnez vous appartient. C’est aussi cela, la liberté !

Envie de créer votre entreprise ? Première étape (obligatoire) : s’équiper d’un superbe site internet professionnel – c’est gratuit !

Publié par Equipe Wix

Recevez le
par e-mail !

Rejoignez le blog de Wix Ne manquez rien de notre actu !

Hmmm, that's not a valid email address.

Hmmm, that's not a valid email address. Email already exists

Hmmm, that's not a valid email address. Invalid email

Rejoignez-nous ! \ 

Découvrez nos conseils en web design, en marketing digital,
et suivez toute l'actu Wix ! Pas de spam. Promis.

Hmmm, that's not a valid email address.

Hmmm, that's not a valid email address. Email already exists

Hmmm, that's not a valid email address. Invalid email